• Le top ten des incivilités

    J'y suis très sensible... Voilà celles qui m'énervent le plus.

     

    Les déchets

     

    - faire déféquer son chien sur la voie publique sans ramasser les crottes. C'est pour moi un acte totalement incompréhensible ! A croire que les propriétaires de chiens ne sont pas gênés par ces crottes... (ils doivent être aveugles et sans odorat et se déplacer en lévitation...)

     

    - ceux qui balancent leurs déchets par la fenêtre (genre emballages Mac Do) ou qui les laissent sur le lieu de consommation alors que la poubelle est à 5 mètres

     

    - ceux qui laissent leurs déchets encombrants à côté de la poubelle d'ordures ménagères, au lieu de les emmener à la déchetterie

     

     

     

    La voiture

     

    Un outil puissant... pour révéler la connerie humaine. Une sorte d'exhausteur de connerie...

     

    - ceux qui roulent vite et/ou dangereusement, spécialement pour se faire plaisir (qu'ils se mettent en danger, soit, c'est leur choix, mais ils ne veulent pas voir qu'ils font courir un risque aux autres usagers ; ce n'est pas acceptable) ;

     

    - téléphoner ou envoyer des SMS au volant ; autre pratique dangereuse pour les autres, alors que les appels ou SMS sont bien souvent insignifiants (j'en ai vu qui pianotent les 2 avant bras posés sur le volant ; il faut pas avoir besoin de tourner !!)

     

    - rouler sur la voie du milieu sur les autoroutes (dangereux, nuit à la fluidité du trafic) En France on roule à droite, et il y a un sens à cela !! Ces gens prennent toute la place. Si on est sur la voie de droite et qu'on roule plus vite qu'eux, il faut se déporter de 2 voies pour les doubler. Ou alors il faut les doubler à droite, ce qui est très dangereux en plus d'être illégal...

     

    - les gens qui ne me laissent pas m'insérer dans le trafic sur autoroute (les voies d'insertion sont pourtant prévues pour...)

     

    - le valide qui se gare sur une place réservée aux handicapés (parce que ça l'arrange, lui...) et qui potentiellement empêche de fait une personne handicapée d'accéder à l'espace public.

     

     

    L'espace public

     

    - la dégradation des biens publics ; une fois dégradés, ces équipements ne remplissent plus le service qu'ils sont censés rendre (pour répondre à nos divers besoins) ; le délire d'une personne nuit à plusieurs dizaines d'autres... Je pense en particulier aux équipements pour les "personnes à mobilité réduite", type ascenseurs. Les cons qui cassent ces équipements pourrissent la vie déjà compliquée de ceux qui en ont besoin ! Sans compter l'argent public qui sera nécessaire à la réparation. On peut aussi parler des tags, qui sont une dégradation de l'esthétique de l'espace public (sachant l'esthétique est aussi un besoin humain important !), et qui se réduisent le plus souvent à une signature par pseudo (cela veut juste dire "J'existe !". C'est bien, on est le content de le savoir...)

     

    - mettre la musique à fond alors que cela peut gêner les voisins ; chez soi ou dans l'espace public (parc, bus...) ; "JE mets MA musique, mais TOUT LE MONDE 'en profite'."

     

    - se promener avec son chien non tenu en laisse dans l'espace public et notamment sur les chemins (même si, dans cette situation, 100 % des soi-disant "maîtres" disent "N'ayez pas peur, il est gentil". 100 % des chiens sont gentils...)

     

     

    Oui, l'adjectif "public" revient plusieurs fois concernant les incivilités. C'est que, typiquement, l'espace public est celui où l'on cohabite et où l'on attend de chacun qu'il fasse des efforts pour que la cohabitation se passe le mieux possible ; c'est le premier espace à respecter.